mes chroniques

Cap Vert

Cap Vert

En plein hiver français, quand tout est gris, on a du mal à s’imaginer qu’à quelques heures d’avion de là il fait beau.
Pourtant nous venons de décoller, Franck Socha et moi, et il fait déjà beau, le sourire des cap verdiens dans l’avion donne déjà le ton, pas besoin de mettre de musique non plus, le morceau « Sodade » nous revient aux oreilles.
Arrivé en pleine nuit, Nico du centre CNS vient nous chercher, Franck a bien sûr pensé au ravitaillement de victuailles bien françaises, camembert, saucisson.
La météo pour le lendemain est épique, grosse houle, vent fort, soleil, j’essaie de m’endormir, me tourne et retourne sur l’oreiller, j ai hâte d’être à demain.
Cap Vert - photo -> 1

Levé tôt, de mon lit j’aperçois de l‘écume « PUNTA » une vague magnifique qui déroule très prés du bord, qui peut être grosse, très grosse, tubulaire, une droite parfaite.
L‘eau est si transparente que la vague en devient bleu turquoise.
Le vent l’accompagne dans sa chute en lui soufflant des chevelures argentées.
Bref une vague magique, des milliers de gens parcourent le monde pour une vague comme celle-ci.
Cap Vert - photo -> 2

C est la deuxième fois que je viens ici, en quatre ans, cela n’a pas trop changé, quelques hôtels de plus dont l énorme Rui construit à la pointe de la plage de Santa Maria, mais toujours autant de désert, de plaine aride, de volcan, et du vent bien sûr.

Naviguez entre les pages de la chronique

page 1 page 2 page 3